Zeitgeist de marde…

Samedi soir, 8h46. Je suis allongé sur mon futon. Je pleure. Je suis tanné. Je m’ennuie. Je me sens seul. La solitude est écrasante. Et la vie sociale, ça ne change rien à la solitude. Y’a des moments plus facile que d’autre. Ce soir, c’en est pas un.

J’aurais dont été bien ce soir, collé contre quelqu’un d’autre, sous une couverture chaude, à écouter de quoi, n’impirte quoi.

Ça fait un an que je ne suis plus avec ma copine. Si au moins on s’était laissé parce qu’on se détestait, ou que ça ne marchait plus. T’en connais des gens toi qui se sont laissés parce qu’ils s’aiment? Ben moi, oui. Moi. Tsé quand ça prend trois mois avant de décider de se séparer parce qu’on ne veut pas le dire ni un ni l’autre, parce que si on le dit, ça devient vrai, et qu’on ne veut pas que ça devienne vrai, mais qu’un moment donné, il le faut? Surtout qu’après plus de 4 ans d’une belle relation épanouissante, c’est souffrant, c’est douloureux, c’est « dla colisse de marde ».

Chu tanné.

Parfois on est tanné de quelque chose. Parfois, on est vraiment tanné. Mais quand on dit « chu tanné », c’est que là, t’es tanné en tabarnac. Pis ta patience est sur le point de lâcher.

Là, chu tanné.

Pis chu tanné pour plein de raisons.

Pis j’aimerais vraiment beaucoup ne plus être tanné.

Mais je suis un homme blanc hétéro cisgenre dans la 40aine.

Est-ce que tu sais comment c’est rendu presqu’impossible de rencontrer des femmes?

 

J’ai pu le goût de sortir. J’ai pu envie d’aller dans des soirées mondaines, des soirées d’anniversaires, ou autre pour rencontrer du monde. J’ai trop peur de tomber sur une féministe militante sauvage, une justicière sociale débile, ou juste une conne qui va automatiquement assumer que je suis un agresseur sexuel. Surtout que dans beaucoup  de ces rencontres, il y a une majorité de libérales gauchistes. Si je rencontre une femme dans ces soirées, est-ce que je suis automatiquement misogyne ou si ça peut attendre à jusqu’à ce que je commence à parler?…

J’ai peur de me retrouver seul avec une inconnue.

Moi : « Salut, moi c’est X. »

Elle : « Au viol!!!! »   :-/

Je ne sais pas si j’exagère. Mais j’ai juste pas envie de le savoir.

 

Pourquoi est-ce que j’ai développé le réflexe de vouloir enregistrer mes conversations sur mon cellulaire quand je rencontre du nouveau monde? Juste au cas où je me fais accuser de quelque chose peut-être? Parce qu’on ne se le cachera pas, si t’es une femme et que tu te plains d’une agression par un homme, il faut absolument et inconditionnellement te croire. #BelieveAllWomen ça d’l’air… En tout cas, Hillary Clinton dit ça, sauf quand c’est son mari qui est accusé par 18 femmes différentes… Dans ce cas c’est #BelieveNoWomen, mais ça c’est une autre histoire… De toute façon, c’est pas comme si on n’étais pas habitués aux double standards du féminisme moderne…

Si t’es l’homme qui se fait accuser, tu seras absolument et inconditionnellement déclaré coupable dans la cour d’opinion publique avant même d’essayer de te défendre.

Y’a pas de #metoo pour les hommes

 

Aux USA, y’a une femme qui a accusé un nominé à la cour suprême de l’avoir agressée sexuellement lors d’une supposée soirée entre amis 36 ans plus tôt.

Pour les sénateurs démocrates, les médias de masse et la gauche libérale :

  • Ce n’était pas important qu’elle ne se rappelle pas de comment elle est arrivée là.
  • Ce n’était pas important qu’elle ne se rappelle pas de comment elle a quitté.
  • Ce n’était pas important qu’elle ne se rappelle pas de tous les détails du party.
  • Ce n’était pas important qu’elle dise avoir appelé quelqu’un une fois sortie afin de venir la chercher, même si elle ne se rappelle pas qui elle aurait appelé.
  • Ce n’était pas important qu’elle dise avoir appelé quelqu’un une fois sortie afin de venir la chercher, même si les cellulaires n’existaient pas encore.
  • Ce n’était pas important qu’elle se rappelle de tout, de toute façon elle a 4 témoins.
  • Ce n’était pas important que le témoin #1 jure, sous serment et sous peine de jusqu’à 5 ans de prison, qu’il n’a aucune idée de ce que l’accusatrice raconte.
  • Ce n’était pas important que le témoin #2 jure, sous serment et sous peine de jusqu’à 5 ans de prison, qu’il n’a aucune idée de ce que l’accusatrice raconte.
  • Ce n’était pas important que le témoin #3 jure, sous serment et sous peine de jusqu’à 5 ans de prison, qu’il n’a aucune idée de ce que l’accusatrice raconte.
  • Ce n’était pas important que le témoin #4 jure, sous serment et sous peine de jusqu’à 5 ans de prison, qu’il n’a aucune idée de ce que l’accusatrice raconte.
  • Ce n’était pas important que sa meilleure amie dise « On se parlait d’absolument tout, et jamais elle n’a parlé de ça depuis qu’elle a 15 ans ».
  • Ce n’était pas important que sa meilleure amie dise qu’elle ne se rappelle absolument pas de cette soirée-là.
  • Ce n’était pas important que son témoignage soit différent des notes prises par son thérapeute concernant la supposée soirée en question.
  • Ce n’était pas important qu’elle refuse de donner accès à ses notes thérapeutiques.
  • Ce n’était pas important que la soirée avant leurs témoignages, un homme ait contacté le sénat américain en disant qu’il est l’agresseur, pas le juge.
  • Ce n’était pas important que l’accusatrice soit une chercheure en psychologie qui a publié une étude sur l’auto-hypnose et l’implantation de fausses mémoires.
  • Ce n’était pas important que l’agresseur allégué ait prouvé qu’il n’était même pas dans la ville où l’agression serait supposément survenue la fin de semaine du party.
  • Ce qui était important est qu’elle soit 100’% et totalement convaincu que le nominé était son agresseur.

Pour les démocrates, les médias de masse et la gauche libérale, tout ce qui comptait, était qu’elle était formelle que le juge l’ait agressée il y a 36 ans. That’s all they needed!

C’est une femme. Donc on la croit. Par défaut. Même si tous les éléments de preuves la contredisent. Pas grave, dans le doute, #BelieveAllWomen.

Le juge, c’est un homme, donc par défaut c’est un agresseur sexuel. Et dans le doute, c’est un violeur. #DoNotBelieveAnyMan

 

Alors, si un nominé à la cour suprême peut subir ce traitement, qu’il ne puisse bénéficier d’absolument aucune présomption d’innocence malgré l’absence totale de preuves et de témoignages par la totalité des témoins contredisant directement les allégations de l’accusatrice, peux-tu comprendre pourquoi j’ai juste envie de rester dans mon appart, et à souffrir de ma solitude malgré moi, contre ma volonté, en silence?

 

J’ai passé plus de trois ans à étudier dans un programme universitaire presqu’entièrement rempli de femmes. Dans ma cohorte de quelques centaines d’étudiantes, à part moi, il y avait 3 autres gars, dont deux gais. J’ai appris beaucoup de chose dans le cadre de mon baccalauréat. Un grand nombre d’étudiantes m’ont apprise des choses que, selon elles, en tant qu’homme blanc hétéro cisgenre, je devais absolument savoir:

  • J’ai un pénis, donc je suis automatiquement un agresseur sexuel.
  • J’ai un pénis, donc je suis automatiquement coupable.
  • J’ai un pénis, donc je n’ai aucune présomption d’innocence.
  • J’ai un pénis, donc je suis le patriarcat incarné.
  • J’ai un pénis, donc je ne peux pas me mettre à la place d’une femme.
  • J’ai un pénis, donc je dois absolument croire toute femme qui se dit victime.
  • J’ai un pénis, donc je n’ai pas le droit de chialer.
  • J’ai un pénis, donc je n’ai pas le droit de souffrir.

Ce n’est pas tout.

  • Je suis blanc, donc je suis un oppresseur de toutes les minorités.
  • Je suis blanc, donc je m’approprie automatiquement la culture des autres.
  • Je suis blanc, donc je dois laisser un poste que je convoite à une ‘minorité visible’.
  • Je suis blanc, donc je suis automatiquement raciste.
  • Je suis blanc, donc je n’ai pas le droit de chialer.

Et je suis cisgenre, le crime ultime pour les «LGBT+AàZ+Symboles+#SaveurDuJour.»

Le monopole de la souffrance, il appartient à tout ce qui n’est pas « homme blanc ».

J’fais quoi rendu là? Est-ce normal que je sois fâché? Triste? En colère? Malheureux?

 

L’ancienne association étudiante pour mon programme organisait, et organise encore, des soirées où les [femmes, LGBT++, personnes qui s’identifient comme une femme, gender blenders, personnes d’expérience transgenre, ou n’importe quelle autre patente] sont invitées, mais les hommes blancs cisgenres sont inconditionnellement exclus.

I shit you not.

Et quand on s’en plaint, on se fait traiter de racistes, de sexistes, d’homophobes, de misogynes, et on se fait dire que c’est pour éviter les traumas pour les autres…

Comme si seulement les hommes blancs étaient des criminels dans ce monde…

 

Criss de Zeitgeist

 

Moi : « Pardon madame, est-ce que je peux prendre la chaise svp? »

Elle : « TABARNAC, T’AS PAS FINI D’ASSUMER MON GENRE?!?!?!?! »

Moi : « Pardon, je suis perdu, je cherche X, pourriez-vous me pointer vers… »

Elle : « Aye, j’ai tu l’air de t’avoir donné la permission de me parler?!?!? »

 

Je m’y connais bien en politique américaine. Aye, si j’ai le malheur d’oser dire le nom « TRUMP »… Ta    bar    nac      que je suis mieux de savoir courir vite…

 

On vit dans un monde où même si Manon Massé peut avoir une criss d’idée de marde, si t’es un homme, « farme ta yeule. » Sinon t’es un misogyne et tu utilises ton patriarcat oppressant pour rabaisser une femme, même si ton argument est valable…

 

Je me suis ajouté à un groupe de rencontre sur Facebook. Il y a 2’200+ membres à l’heure actuelle.

La liste des règlements est horriblement longue. La liste des gens à ne pas offenser est juste débile. Tu ne peux même pas contacter quelqu’un en privé sans d’abord lui demander la permission dans un commentaire public, selon une formule prédéterminée par les administrateurs du site, sinon tu te fais expulser.

Non mais criss là, un moment donné…

Ah, et il faut qu’on se présente quand on se fait accepter dans le groupe…

Criss. No fucking way… Faque je ne l’ai pas fait.

 

Anyway, qu’est-ce que je dis? « Salut, est-ce possible de rencontrer quelqu’un qui va m’accepter en tant qu’homme blanc hétéro cisgenre? » Faut-il que je dise « Trigger warning » avant? Que je liste mes choix de pronoms pour la journée? Si j’ai le malheur de dire une seule chose hors-norme, quelles sont les chances qu’avant que je ne me fasse expulser du groupe, les 1’700 artistes & 400 non-artistes du groupe m’attaquent?

Si je dis « je suis grand », faut-il aussi m’excuser pour les petits qui seraient offensés?

Si je dis « j’aimerais être avec quelqu’un autour de mon âge », est-ce de « l’âgisme »? (Ça m’écœure que mon correcteur automatique ne me dise pas que « âgisme » n’est pas une erreur de frappe… What kind of a fucking world are we living in?…)

Si je dis « je n’ai pas envie de rencontrer une pratiquante de l’Islam », est-ce que je vais me faire attaquer pour ma fermeture d’esprit et me faire dire que je suis raciste? (Comme si ne pas vouloir d’une religion était raciste… Faut vraiment être cave…)

Je ne dis pas que c’est ce qui va se passer. Je dis que je n’ai pas le goût de le découvrir.

 

Ce zeitgeist me décourage et me freine.

 

Aujourd’hui, les victimes professionnelles et les SJW ont pris le contrôle de la narrative.

I hate them.

Pas pour rien que je ne veuille pas risquer rencontrer du nouveau monde.

Pas pour rien que la solitude frappe.

Pas pour rien que chu tanné.

Je fais quoi rendu là? Quand est-ce que je vais enfin pouvoir risquer rencontrer du monde sans devoir me sentir comme une marde au préalable?

 

Y’a des gens qui vont lire ceci et dire « check l’osti ‘d’incel’. » (Incel = involuntary celibate, soit un célibataire qui aimerait ne pas l’être. Évidemment, c’est un terme dérogatoire qu’on donne uniquement aux hommes, parce que tsé, ça serait sexiste sinon…)

Pourquoi tu ne remplacerais pas « incel » par « homme qui souffre? »

 

J’aimerais ça dire à une inconnue « tsé, chu un bon gars », sans risquer qu’elle veuille appeler la police.

  • Ils se rencontrent dans un bar et vont chez elle.
  • Elle attend 4 mois pour l’accuser de viol.
  • Lui dit qu’ils ont eu une relation consensuelle.
  • Le jury dit « non coupable, zéro preuves, elle n’est pas crédible. »
  • Elle le poursuit donc au civil.
  • Malgré l’absence totale de preuve, le juge le déclare coupable.
  • WHAT THE FUCKING FUCK!!!!
  • Il va devoir lui payer 135’000$.
  • Sa vie est détruite.

Pis après, des femmes osent demander pourquoi les hommes ne ‘cruisent‘ plus…

 

Mesdames qui vous ennuyez du temps où les hommes prenaient les devants, vous faites quoi maintenant? Si vous approchez vous-même un homme, est-ce habituel pour vous de vous attendre à voir la peur [d’être accusé de quoi que ce soit] dans ses yeux?

Et ce qui fait sérieusement chier est qu’il n’y a qu’une voix unie qu’on entend partout, soit celle de ce petit groupe de féministes militantes misandres qui crachent sur tout ce qui est « homme ». Elles sont une minorité pourtant. Pourquoi, mesdames de la MAJORITÉ, pourquoi on n’entend pas VOTRE voix aussi? Tsé, cette voix qui vient rappeler à tous que la majorité des hommes ne sont pas des agresseurs… Et qu’eux aussi souffrent dans tout ça. Votre aide serait VRAIMENT apprécié. Vraiment beaucoup… Dans le genre « Enfin! »…

 

Plus le temps passe, plus la technologie avance. Pis un jour, y’aura un programme que je pourrai implanter dans ma tête qui va satisfaire ces besoins d’amitié, de connexion mentale/physique, de proximité, de chaleur, de bien-être, de confort, qu’on a tous besoin, sans risquer de tomber sur une débile profonde qui dit que je « mansplain » si je réponds à une de ces question, ou que je « manspread » si mes jambes sont ouvertes plus que ce qu’elle aimerait. Criss, je ne suis pas Justin Trudeau moi, j’ai des couilles, ça prend de la place. Deal with it.

 

Zeitgeist de marde…

 

Elle est tellement adorable & sweet mon ex. Elle avait laissé son futon ici temporairement quand elle a déménagé. Elle me l’a donné vlà un mois… Faque maintenant, au moins c’est sur mon futon que je pleure.

 

Pas de chats icitte…

 

 

Publicités